lyade
LYADE Garibaldi
31, rue de l’abondance 69003 LYON
Tél. 04 72 84 62 00 - Email : Lyadegaribaldi@arhm.fr
addictions
 
Les addictions
. Alcool
. Produits
. Jeu pathologique
. Jeu virtuel / cyberaddiction
. Tabac
. Troubles alimentaires
 
lyade
 
     
 
lyade
Accueil
     
 
lyade
presentation lyade
     
 
lyade
nous contacter
     
  NOS CENTRES DE SOINS DES ADDICTIONS
 
lyade
. Lyade ainay
 
 
lyade
. lyade Garibaldi
     
 
lyade
. lyade Vénissieux
     
 
lyade
. lyade fucharniére
     
 
PREVENTION - PEPS' LYADE
 
lyade
. PEPS’LYADE
     
 
lyade
. Les PointS Ecoute et Prévention
   
     
 
lyade
. consultation jeune consommateur
     
 
lyade
prévention & information au public
     
 
lyade
formation des professionnels
     
    lyade
   

 

 

arhm

 

 

 
 

Les addictions

La réflexion et la pratique des intervenants spécialisés s’inspirent actuellement d’une définition élargie de la toxicomanie : l’addiction, car la notion de toxicomanie serait devenue trop restrictive dans le travail quotidien auprès des usagers. L’addiction est « une relation de dépendance plus ou moins aliénante pour l'individu, et plus ou moins acceptée voire parfois totalement rejetée par l'environnement social de ce dernier, à l'égard d'un produit (drogue, tabac, alcool, médicaments), d'une pratique (jeu, sport), ou d'une situation (relation amoureuse) (…) « Addiction » est un emprunt à la langue anglaise où ce mot désigne un attachement exclusif à quelque chose. Il est intéressant de noter que le mot anglais dérive lui-même d'un terme de l'ancien français qui désignait la situation d'asservissement dans laquelle tombait un vassal incapable de régler ses dettes à son suzerain » . La toxicomanie serait donc une conduite addictive parmi d'autres. La passion du jeu, celle de l'alcool, ou de l'amour sont également l'expression de conduites addictives.

Marc Valleur , dans son ouvrage Les addictions, évoque quant à lui plusieurs éléments concernant les conduites addictives. D’abord, il y a l’idée de la perte de contrôle, « le fait de poursuivre cette conduite plus longtemps que l’on avait pensé le faire initialement, comme d’avoir du mal à y mettre fin, après avoir décidé d’arrêter » . Un autre élément semble important selon lui : « la saillance ou la centration » , c'est-à-dire « l’envahissement de la vie par la conduite de dépendance » . Etre dépendant n’est pas en soi un écueil dans le sens où l’homme sera toujours dépendant de quelque chose, (de sa famille, de ses habitudes de vie, de différents produits), mais nous pouvons dire que les dépendances deviennent une vraie difficulté lorsqu’elles interfèrent avec le déroulement de la vie quotidienne. Cet envahissement peut se traduire par des difficultés concrètes, comme les questions d’argent dans une consommation de drogues. Mais l’envahissement est surtout psychologique, et social, lorsque le sujet « n’accorde plus aucune importance à ce qui n’est pas lié directement à son objet de dépendance » ; nous pouvons alors évoquer une dimension pathologique. C’est donc « à partir de la forme de dépendance la plus spectaculaire, et la plus visiblement morbide, que ce sont élaborées les théories des addictions : il s’agit bien sûr de la toxicomanie aux drogues » .

Mais à côté de certaines dépendances pouvant faire sourire, la toxicomanie constitue bien un drame qui va bouleverser l’existence du sujet et de son entourage. Il en est de même pour les cas graves d’anorexie, d’alcoolisme ou de jeu pathologique, qui sont d’autres formes d’addiction. Finalement, ce qui caractérise tous ces comportements c'est leur côté compulsif et, en cas de dépendance, une perte de contrôle de l'usage récréationnel, et ce en dépit des effets néfastes qu'auront ces consommations tant pour l'individu que pour son entourage familial ou social. Par ailleurs, cette dépendance est génératrice d’angoisse et de souffrances, or l’incompréhension des souffrances qui sont attachées à la dépendance, est responsable d’innombrables drames humains. En effet, il est incompréhensible pour les proches, ou les profanes, de voir que le toxicomane n’arrête pas d’utiliser un produit qui le fait souffrir. Comme si, bien évidemment, ce n’était qu’une affaire de molécule, une absence de volonté, alors que bien souvent les difficultés sont ailleurs.

lyade

 

L'association Lyade Lyon accueille et écoute toutes personnes (usagers et proches) concernées par des problèmes liés à  l'usage de substances psychoactives licites ou illicites et autres comportements addictifs.
N'hésitez pas à  nous contacter.

 

Mentions légales

© internet valence vaoweb.com